0
Exposition
Bilbao : la prestigieuse collection Valdès du Moyen-Âge à nos jours au Musée Bellas Artes
Bilbao : la prestigieuse collection Valdès du Moyen-Âge à nos jours au Musée Bellas Artes

| Anne de Miller-La Cerda

Bilbao : la prestigieuse collection Valdès du Moyen-Âge à nos jours au Musée Bellas Artes

Goya.jpg
La Marquise de Santa Cruz par Goya ©
Goya.jpg

Le musée des Beaux-Arts de Bilbao vient d’inaugurer la collection Valdès complétée par des collections privées et publiques qui réuniront au total près de 79 œuvres inédites jamais présentées au public de l’art médiéval à nos jours des plus grands peintres : El Greco, Anton van Dyck, José de Ribera, Francisco de Zurbarán, Bartolomé Esteban Murilo, Juan par Valdés Leal, Francisco de Goya, Eduardo Rosales, Mariano Fortuny, Darío de Regoyos, Joaquín Sorolla, Ignacio Zuloaga, Julio Romero de Torres, Daniel Vázquez Díaz, José Gutiérrez Solana ou Robert Delaunay.

Phare de l’exposition provenant du Musée Prado, le prêt du portrait emblématique de la marquise de Santa Cruz inspiré de la nymphe Erato par Francisco de Goya (1746-1828)  retient l’attention.
Cette toile fut achevée en 1805, quatre ans après le mariage de la future marquise avec José Gabriel de Silva et Walstein, marquis de Santa Cruz et premier directeur du Musée du Prado. Réalisée par Goya à l’époque de Carlos IV peu après la toile de « la Maja nue » considérée comme scandaleuse (inspirée sans doute de la duchesse d’Albe), et pratiquement en même temps que « la Maja vêtue », la marquise de Santa Cruz à la même chair voluptueuse, allongée sur des coussins, porte comme la Maja une robe Empire blanche à décolleté plongeant.

Telle une muse poétique érotique, la tête couronnée de feuilles de vignes, elle tient une sorte de lyre sur laquelle est gravée une croix basque, symbole d’origine celtique ou antérieur. Cette iconographie dans l’ensemble néoclassique séduira des années plus tard Franco qui pensait offrir le tableau à Hitler.

Avec sa pose langoureuse, trop chargée d’histoires hispaniques et de mythologie, la peinture de la marquise Santa Cruz, pour d’obscures raisons, resta finalement bloquée aux douanes d’Hendaye.

La marquise de Santa Cruz, neuvième fille des Ducs d’Osuna, figure également dans un portrait de famille réalisée par Goya. Ce célèbre tableau est issu de la collection du musée du Prado. Les Ducs d’Osuna, une des plus anciennes familles d’Espagne, accueillaient de nombreux artistes, des penseurs et des écrivains. La duchesse d’Osuna qui appréciait beaucoup Goya, lui commanda une trentaine de tableaux tout en l’introduisant auprès de son entourage.

L’industriel et collectionneur d’art Félix Fernández-Valdés (Bilbao 1895-1976) avait transformé en véritable musée sa maison sur la Gran Via de Bilbao dans laquelle il vécut de 1920 jusqu’à son décès : dans son salon, étaient accrochées des œuvres du Greco, de Zurbaran et de Murillo. Une porte donnait accès à une chapelle où il avait disposé, entre autres, les deux sculptures polychromes de Pedro de Mena et « Lamentation sur le Christ mort » de Van Dyck. Et dans sa chambre, il contemplait chaque jour le « Christ mort en croix » de Zurbaran et le Saint François de Paule de Ribera...

Ainsi au fil de cette exposition, l’amateur d’art pourra faire connaissance avec d’autres chefs d’œuvres de l’histoire de l’art.

Du 7 octobre 2020 au 1 février 2021, Exposition « Œuvres maîtresses de la Collection Valdès » au musée des Beaux Arts de Bilbao, salle BBK. ouvert tous les jours sauf le lundi, de 11h à 19h (SVP Port du masque obligatoire et lavage des mains).

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription