1
Manifestation
Bayonne était-elle une ville négrière ? Entre réalité et affabulations...
Bayonne était-elle une ville négrière ? Entre réalité et affabulations...

| Alexandre de La Cerda 905 mots

Bayonne était-elle une ville négrière ? Entre réalité et affabulations...

zBillet d'Humeur Tromelin livre Traite_bayonne2.jpg
Bayonne, port négrier ? En réalité, une légende... ©
zBillet d'Humeur Tromelin livre Traite_bayonne2.jpg

L’association « Mémoires et partages 64 » organise à Bayonne une cérémonie commémorative du 173ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage par la France, avec discours et dépôt de gerbe, prévue devant le Didam le 27 avril à 11h30, suivie d’une visite guidée menée par l’historien Serge Daget à 15 heures sur l’histoire de « Bayonne, ville négrière »
Ses organisateurs n’hésitent même pas d’évoquer à ce propos : « port négrier au XVIIIe siècle, Bayonne a vécu de l’esclavage et du racisme contre les noirs. Plus de 15 navires ont été armés pour la traite des noirs et ont déporté au moins 4 500 captifs africains ». Pas moins ! 

Et sur son site Internet, divers articles accréditent cette thèse, dont un, sous le titre ronflant « Pays Basque – Le premier maire de Port au Prince emprisonnait ses « nègres » à Saint-Jean-de-Luz »,assure que « les déclarations à l’Amirauté, compulsées par le « Dictionnaire des Gens de couleur dans la France moderne », attestent d’une présence de noirs, majoritairement esclaves, mais présentés comme domestiques dans le Pays Basque ».
Et de citer à l’appui, par exemple, la déclaration le 27/10/1777 d’« un nègre âgé d’environ 15 ans, acheté par M. Michel Leremboure, négociant de Saint-Jean-de-Luz et habitant de Port-au-Prince qui l’a adressé vers 1773 à la demoiselle Saint-Martin, son épouse, pour recevoir une instruction catholique, a été appelé par cette dernière, qui l’a reconnu libre et fait baptiser, paroisse Saint-Pierre d’Irube, à retourner sans délai auprès de son maître » [A.N. : COL.F1B4, Bayonne]. Etait-ce donc si répréhensible ?
Et de marteler : le « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » en recense en 1741 onze à Bayonne et quatre à Saint Jean de Luz. Entre 1592 et 1790, prés de 102 « gens de couleur » seront déclarés à Bayonne »
Une centaine en 200 ans ! Soit, un tous les deux ans !

La réalité : la traite négrière à Bayonne ne représentait pas un pour cent de l’ensemble de la traite française

Selon l’historien Jacques de Cauna qui a puisé dans les archives de la Chambre de Commerce de Bayonne et le fonds de la famille Ponticq déposé aux archives départementales à Pau, « la traite négrière à Bayonne (8ème port colonial français à l’époque) ne représentait pas un pour cent de l’ensemble de la traite française car les activités portuaires concernaient essentiellement la pêche hauturière et le cabotage avec l’Espagne ou l’Europe du Nord. Les tractations avaient lieu au large des côtes de Guinée où les négociants devaient d’abord se présenter aux souverains locaux le torse nu et à plat ventre, avec leurs premières offrandes. Ensuite, seulement, les chefs noirs échangeaient les esclaves qu’ils avaient capturés (prisonniers de peuplades ennemies ou de droit commun) ainsi que du bois d’ébène ou de la poudre d’or contre des marchandises occidentales : barres de fer (unité de mesure pour l’échange des captifs), verroterie de Venise, toile et tissus des Indes ou fusils etc. En fait, le commerce des esclaves africains, signalé déjà au Ve siècle, était bien antérieur à l’arrivée des Européens ».

- Pouvait-on rencontrer des esclaves noirs à Bayonne ?

« En principe, Louis X le Hutin, roi de France et de Navarre, avait formalisé par un ensemble de décisions de justice l’antique coutume des Francs de ne pas admettre d’esclaves sur leur sol. Cependant, certains colons en envoyaient quelques-uns en France comme domestiques ou apprentis. Pour environ 300 noirs à Bordeaux, il ne devait pas y en avoir une trentaine à Bayonne. On cite à ce propos le procès intenté en 1775 à Isaac Mendès France (membre de la communauté séfarade bordelaise ayant fait fortune dans la canne à sucre à Saint-Domingue) par ses esclaves congolais Pampy et Julienne : ayant appris que le Code Noir qui régissait l’esclavage n’avait pas cours sur le territoire métropolitain, ils purent faire constater devant le tribunal leur droit à la liberté. D’ailleurs, les navires chargés d’esclaves s’abstenaient d’accoster par exemple à Bordeaux car ces derniers pouvaient être libérés…»

Ayant séjourné pendant vingt-cinq ans aux Caraïbes et auteur de nombreux livres (« Au temps des Isles à sucre », « Haïti, l'éternelle révolution » et « L'Eldorado des Aquitains », Atlantica), Jacques de Cauna est à l’origine de la création d’une « Chaire d’Haïti » destinée à « faire connaître et aimer » ce pays (dont il a gardé une vive nostalgie) et à oeuvrer à « la restructuration de son système éducatif et scientifique » en participant au « Centre de recherche international de recherche sur les esclavages » (CNRS).

Or, on ignore souvent que cette plaie de l’humanité, présente depuis la plus haute antiquité (l’esclavage fut aboli dans les colonies françaises en 1848 mais il fallut attendre 1962 pour l’Arabie saoudite, 1980 en Mauritanie et il existe encore au Soudan) ne se limita pas à la traite négrière et toucha même notre région.

Il reste de nombreuses traces à Biarritz et à Capbreton des rançons payées aux pirates maghrébins pour libérer nos marins réduits en esclavage après leur capture. Attachés aux galères ou à l’extraction de pierres, ils subissaient des coups de cordes à nœuds et des humiliations dans un climat de violence, notamment sexuelle. Malek Chebel (dans « Le Sujet et le Mamelouk. Esclavage, pouvoir et religion dans le monde arabe », éd. Mille et une nuits) estime à plus de 20 millions le « volume total de l’esclavage en terres arabes et musulmanes », chiffre incluant les captifs de guerre slaves, concubines et domestiques circassiennes, domestiques noirs, marins chrétiens, etc.

De quoi remettre à son juste « niveau » la légende : « port négrier au XVIIIe siècle, Bayonne a vécu de l’esclavage et du racisme contre les noirs.

zBillet d'Humeur La charmante compagnie de Mémoires & partages.jpg
La "charmante" compagnie de "Mémoires & partages" ©
zBillet d'Humeur La charmante compagnie de Mémoires & partages.jpg

Répondre à () :


Captcha
MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS | 23/04/2021 14:26

En effet, ce titre est complètement infondé à tous points de vues. Le meilleur ouvrage, reconnu comme tel parmi les trois meilleurs entre autres par le libraire de SALIES DE BEARN lorsque je lui ai recommandé il y a des années, est le PETRE-GRENOUILLEAU. Pour compléter l'Histoire de l'esclavage, deux choses : 1- Ce n'est pas en 1848 que l'esclavage fut aboli car il l'avait été bien avant par tous les Rois de France et le cODE NOIR n'a jamais favorisé l'esclavage mais au contraire l'a vidé de tout son sens dans un effort qui a porté ses fruits, rédigé d'abord par COLBERT il fut amendé ensuite pour sa publication puis sous Louis XV, cette fois pour re-permettre un peu plus d'esclaves dans les îles françaises comme la Guadeloupe ou la Martinique. Retombés à moins de 700 grâce au Code Noir, ils remontèrent à plus de 4.000. C'est la République qui a établi l'esclavage y compris sur le sol métropolitain, puis l'a aboli, remis en vigueur et finalement aboli à nouveau depuis 1848. 2- L'esclavage qui a été surtout connu dans le SUD-OUEST est celui d'européens raflés par les Vikings durant leur période d'occupation du secteur basco-landais entre 780 et 986. J'ai souvent raconté à titre d'exemple l'histoire de St-Vincent de Paul esclavagisé puis racheté aux musulmans par une Dame des landes. Je pourrais retrouvé mon article sur le sujet si cela vous intéresse. Ils étaient acheminés à travers les Pyrénées à un endroit que j'ai situé et communiqué à Joël SUPERY il y a quelques années quand il est venu faire des conférences à St-SEVER et à SALIES de BEARN par exemple. J'ai aussi rédigé un mémo sur ce criminel ancien Chrétien converti à l'Islam et régent à ALGER pour le compte de l'Empire Ottoman : MEZZOMORTO. Si vous voulez je peux aussi vous le communiquer ? Les gauchistes racontent n'importe quoi sur cette question et la Madame TAUBIRA a officialisé toutes les erreurs idéologiques sur le sujet dans son exposition de Bordeaux. Les esclaves emprisonnés dans les navires anglais ont soufferts car s'ils avaient été relâchés sur les quais, ils devenaient ipso facto LIBRES grâce justement au Code Noir et avant lui effectivement aux coutumes franques et avant elles : gauloises ! Ce sont les Romains qui pratiquaient l'esclavage... Vous avez raison de vous dire ici "heurtés" par toutes ces erreurs, dues à la propagande gauchiste actuellement en pleine expansion aux USA et partout dans le monde occupé par eux.

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription