2
Le Livre de la semaine
Au Pays des Basques avec Kepa Etchandy
Au Pays des Basques avec Kepa Etchandy

| Alexandre de La Cerda

Au Pays des Basques avec Kepa Etchandy

20201123_094830.jpg
En professionnel averti, Kepa Etchandy repasse les épreuvesde son livre à l'imprimeri ©
20201123_094830.jpg

C’est un très bel album signé de Kepa Etchandy, particulièrement renommé pour ses très belles photos du Pays Basque, mais dont beaucoup de lecteurs apprécieront également l'écriture, à la fois sensible, précise et érudite, que viennent d’éditer les éditions Kilika  sous le titre "Au Pays des Basques, histoires & voyages".
L’ouvrage invite à la découverte d’un pays aux multiples facettes, à ses chemins de traverse... Il est le reflet de quelques-uns des nombreux tours et détours de l’auteur ; une plongée au Pays des Basques, un territoire certes peu étendu, mais riche de sa diversité patrimoniale : la nature avec sa flore si colorée et sa faune attachante, l'architecture, témoin d'une histoire mouvementée, et sa population dont les racines plongent au tréfonds de l'humanité. Une immersion dans sa culture, ses coutumes et sa langue, supports de son identité.

Le voyage proposé commence à la nuit des temps et vous conduira jusqu’à nos jours. Il est empreint de signes parfois millénaires. Le lecteur flânera aux quatre coins de l’Euskal Herri, de la côte rocheuse battue par les flots aux sommets enneigés fréquentés par les bergers et les randonneurs. Il déambulera au cœur du « potager » navarrais pour atteindre les canyons de Haute-Soule.

Au fil de cette découverte, s’imposeront des châteaux, des lieux de culte insoupçonnés - on remarquera particulièrement la très belle et colorée juxtaposition du magnifique porche de l'église de La Guardia dans la Rioja alavaise, qui a gardé sa magnifique polychromie d'origine, avec les chapelles aux peintures merveilleusement restaurées du chevet de la cathédrale bayonnaise - ou encore la fameuse maison basque, l’etxe, port d’attache de tout un peuple. Parvenu dans l’une de ces belles villes ou l’un de ces pittoresques villages, le lecteur posera alors inévitablement son coude sur un comptoir riche des saveurs venues des sept provinces. Il sera embarqué sur les mers par des pêcheurs - on y trouvera même le cliché pris à Bayonne de "l'Eskual Herria" et de son équipage en 1982, lors de la guerre des filets pélagiques - et des marins découvreurs, c’est ainsi que s’ouvriront à lui les lointaines Amériques où de nombreux Basques ont si souvent planté leurs racines...

Le photographe inspiré du Pays Basque

Kepa Etchandy - dont la famille est originaire de Moncayolle en Soule - est un passionné de photo : débutant sa formation à l'imprimerie Axular de Saint-Jean-de-Luz, il la poursuivra dans un labo-photo de Tarnos avant de s'établir en 1979 sous les arcades du quai des Corsaires à Bayonne en créant sa propre entreprise « Ibaifoto »,  à l’origine un « labo-photo » très performant doublé d'un établissement à Saint-Pierre d'Irube. Avec à la clef la passion des prises de vue, destinées d'abord à décorer les magasins avant de constituer une extraordinaire banque d’images qui compte à présent quelques 80 000 clichés concernant toutes les facettes du Pays Basque, le fruit de plusieurs décennies de travail sur la région et ses habitants, qu’il fournit régulièrement à l’édition et à la presse magazine : "pour la petite histoire", se souvient-il, "j’ai commencé la prise de vue avec un appareil russe de marque Zénit doté d'une optique Zeis, que m’avait offert Hélène, ma femme. Matériel rustique certes, mais d’excellente qualité". Sans oublier quelques épisodes cocasses lors d'encierros bayonnais courus en compagnie de "vaches agiles et en bonne santé"
Passant de la photographie argentique à la numérique lors son apparition dans les années 90, Kepa Etchandy fut également l’un des premiers photographes bayonnais à acheter une machine d’impression en couleur.

Kepa Etchandy est un homme sensible aux détails : il parle de son métier avec persévérance et passion : « On ne s’improvise pas photographe, on y travaille ». Il privilégie la liberté de création à la technique. Et pour photographier, il a deux manières de travailler : soit par déambulation, soit avec un objectif précis. Accordant une très grande importance à ses cadrages, il peut mettre parfois jusqu’à quinze jours pour obtenir la photographie désirée !
Ses séries portent aussi bien sur l’architecture de nos villes, Bayonne, Biarritz, Anglet, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye, Donostia / Saint-Sébastien, ou des villages, Bidart, Guéthary, Espelette, Sare que sur la montagne basque et sa culture agropastorale. 
Kepa Etchandy traite aussi du domaine maritime de la Côte basque, de la pêche, de l’Adour et des sports nautiques. À la culture et aux traditions comme les Fêtes de Bayonne, de San Fermin à Pampelune, aux différents carnavals du Pays Basque, aux pastorales souletines ou à Olentzero, il allie le sport, la pelote basque, le surf et le rugby. Et c'est une sélection  de ces "explorations" de recoins et d'aspects souvent oubliés ou parfois inconnus qu'il nous livre dans ce bel ouvrage, accompagnée d'un merveilleux texte qu'il nous confie résulter "d'un jardin secret : j'ai toujours aimé écrire, mais sans avoir suffisamment confiance en soi pour publier. J'ai essayé de permettre à mes lecteurs  de découvrir un Pays Basque différent des habituelles cartes postales"...

On se souviendra particulièrement de la très belle exposition réalisée il y a dix ans sur « l’héritage des Amerikanoak » à la médiathèque de Biarritz, soit les traces laissés au pays lors du retour des Basques d’Amérique ainsi que son travail concernant « Euskaldunak Argentinan » ou « Argentine des Basques », un pays où il avait d’ailleurs retrouvé sa parenté et qui a récemment donné lieu au très intéressant documentaire « Gaucho Basko » réalisé par Carlos Portella Nunes.
« On ne fait ce métier que par passion, pas pour de l’argent », m’avait alors affirmé mon ami photographe qui admettait prendre autant d’intérêt à suivre un camionneur sur sa route ou un chalutier en mer que des jeunes en train de rénover le lac d’Hossegor. 
Quant à l’avenir (encore, souhaitons-le, éloigné) de son capital photographique, ses deux filles ayant choisi d’autres voies professionnelles, Kepa m’avait confié à l’époque : « j’ai dit à mon épouse qu’elle le porte au Musée Basque » !

"Au Pays des Basques, histoires & voyages" aux éditions Kilika à Saint-Pée-sur-Nivelle, 176 pages, 28 Euros.
Dédicaces : samedi 12 décembre à 12h30 à la maison de la presse Leku ona de Saint-Pée-sur-Nivelle - dimanche 13 décembre à 12h30 à Saint-Etienne-de-Baigorry, vendredi 18 décembre à 12h30 à la maison de la presse de Cambo et à 16 heures à la mairie de Saint-Jean-Pied-de-Port avec une exposition de photos de l'auteur.

Couverture.jpeg
Au Pays des Basques ©
Couverture.jpeg
Etchandy_Kepa.jpg
Kepa Etchandy, photographe inspiré du Pays Basque ©
Etchandy_Kepa.jpg
AuPaysdesBasques_210x305Couv_4BD.jpg
Au Pays des Basques ©
AuPaysdesBasques_210x305Couv_4BD.jpg

Répondre à () :


Captcha
Clerget jean marie | 04/12/2020 20:11

Bravo pour ce travail valorisant le Pays Basque et’qui Nous apprend à l’aimer et respecter ce peuple

Juan Alberto Etchanique | 06/12/2020 03:52

He visto con mucho placer el documental "Gaucho Basko" , y me interesaría conocer el material de estos libros, que se me ocurre deben ser un tesoro cultural imperdible, sabiendo la pasión que pone en sus trabajos artísticos Kepa Etchandy.

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription