0
Livre
AU COEUR DU CHAOS, la résistance d'un chrétien
AU COEUR DU CHAOS, la résistance d'un chrétien
© DR

| France-Culture

AU COEUR DU CHAOS, la résistance d'un chrétien

Jeudi 6 avril à 18h à la médiathèque de Biarritz,
Isabelle Dillmann donnera une conférence et signera son livre " AU COEUR DU CHAOS, la résistance d'un chrétien" édité chez Albin Michel.

« J’aimerais continuer à faire entendre des voix justes », dit Isabelle Dillmann, journaliste-grand reporter, spécialiste des entretiens avec les leaders politiques et religieux, de Rafic Hariri à Mouammar Kadhafi et Hamid Karzaï, de Sadruddin Aga Khan au Dalaï-Lama, de Mère Teresa au pape Jean-Paul II…

Le Patriarche Bechara Raï, nommé patriarche maronite d’Antioche depuis le 15 mars 2011, cardinal en 2012, fut d’abord moine boursier de l’Ordre maronite mariamite, formé par les jésuites de Jamhour, un homme d’une nature profondément mystique tout en étant un grand communicant, dit ici Isabelle Dillmann, au micro de Sébastien de Courtois…

Les catholiques maronites sont les héritiers des chrétiens qui ont suivi au Liban vers la fin du IVè siècle le moine ermite Maron, mort en 410. Fidèles au pape et à Rome, leur histoire est prestigieuse…

« Malgré toutes ces agressions qui font la honte de l’humanité et déshonorent notre XXIè siècle, nous ne sommes pas des vaincus de l’histoire. Je le dis d’une même voix avec le Pape François : nous ne nous résignerons pas à envisager un Proche et un Moyen-Orient sans chrétiens qui confessent depuis deux mille ans le nom de Jésus et sont à plein titre libres de vivre leur religion et leurs traditions au sein du monde arabe dont ils font partie », dit le Patriarche Bechara Raï, dans l’ouvrage « Au cœur du chaos. Le résistance d’un chrétien d’Orient », des entretiens avec Isabelle Dillmann, publiés aux éditions Albin Michel…

Jamais une personne non religieuse, non membre du clergé de l’Eglise maronite, encore moins une femme, n’avait approché l’un des plus grands prélats catholiques d’Orient ; mais il nous faut aller plus loin, dit justement Isabelle Dillmann, qui a donc accompagné cette forte personnalité, du matin tôt jusque tard le soir – de Prime, Tierce, Sexte à None, en passant par Vêpres, Complies, Matines et peut-être même Laudes… Car, oui, Isabelle Dillmann est cette journaliste qui a partagé les prières, la liturgie maronite, qui a chanté les liturgies de la Vierge…

« On sent le sanctuaire de Dieu qui est en lui », dit-elle encore du Patriarche Bechara Raï ; elle le dit aussi en pensant au mot de saint Augustin : « Si je crois j’espère et si j’espère j’aime »…

Elle conclut : « Je ne suis pas optimiste, mais tant qu’il y aura des hommes comme le Patriarche Bechara Raï, alors - oui – on peut penser qu’il y aura un peu plus de lumière dans ces terres d’Orient »…

(Extrait de France-culture)

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription