0
Patrimoine
Alki : des racines gravées dans le bois... et un nouveau PDG
Alki : des racines gravées dans le bois... et un nouveau PDG

| Anne de Miller-La Cerda 830 mots

Alki : des racines gravées dans le bois... et un nouveau PDG

Capture 1.JPG
Eñaut Jolimon de Haraneder ©
Capture 1.JPG
Chaise Kurkoa.jpg
La Chaise Kurkoa ©
Chaise Kurkoa.jpg

Depuis novembre 2020, l’entreprise basque de meubles design Alki est dirigée par Eñaut Jolimon de Haraneder. Anciennement chargé de la production, ce jeune ingénieur bascophone, originaire d’une  famille d’armateurs basques anoblie sous Louis XIV, aspire à garder l’identité de cette entreprise au Pays Basque qui avait été créée par Peio Uhalde parti tout récemment à la retraite et dont Baskulture a souhaité rappeler l’histoire exceptionnelle.

Ancrée dans l’environnement bucolique d’Itxassou, l’aventure d’Alki - « alki » (ou « aulki ») signifie « chaise » en basque donostiar (de Saint-Sébastien) - a débuté avec Peio Uhalde en 1981. Cette entreprise sous forme de coopérative au savoir-faire traditionnel et à la technique ancestrale basque fabriquait principalement des chaises classiques en bois. S’inspirant des coopératives du Pays Basque Sud, telle Fagor, Alki adopta cette forme d’entreprise. En 1986, Alki devint une référence dans le secteur du mobilier traditionnel en France.

Cependant, 24 ans après sa création, la coopérative subit de plein fouet la crise économique des années 90. Puis la roue tourna : Huit ans plus tard, le marché du meuble traditionnel s’effondra progressivement. Au Pays Basque, beaucoup d’ébénistes et de sculpteurs sur bois au savoir ancestral se reconvertirent dans le meuble de cuisine préfabriqué ! Pour survivre face à cette « bellartea » ou tsunami concurrentiel venu de l’Est et d’Asie, l’entreprise composée alors de 22 coopérateurs (menuisiers, ébénistes, sculpteurs, monteurs et vernisseurs, tapissiers) devait radicalement changer de cap. 

Du bucolique au design

En 2005, armé de son courage, Peio Uhalde décida de faire  appel à un ami qu’il connaissait depuis toujours : le designer Jean Louis Iratzoki. Né à Saint-Jean-de-Luz en 1965, diplômé de l’École Boulle à Paris et de Design Industriel de l’École Expérimentale à Madrid, il avait créé son propre atelier en 1998.

« L’entente fut au départ un peu difficile », commentait le PDG lors d’une interview : « Il ne fallait pas relooker, mais tout changer, y compris notre clientèle ». Peio Uhalde, qui n’avait pas subi le moule du design branché des grandes capitales souhaitait garder l’esprit basque traditionnel indépendant et Jean Louis Iratzoki aspirait à rester free-lance. Ils finirent par déterminer les fondements essentiels de l’identité d’Alki : « Nous avons défini les six valeurs de l’entreprise : la mémoire, la culture coopérative, le bois, le savoir-faire, l’engagement du « fait au Pays basque », un design simple mais ultra-travaillé ».

En 2005, suite à ces nouvelles directives, naissait la première chaise « Emea » en chêne naturel, bois emblématique du Pays Basque aux formes attractives épurées, arrondies, et aux finitions soignées. Fabriquées avec un bois issu d'arbres centenaires de grande qualité, sélectionnés sur pieds, les chênes proviennent essentiellement de France.

La présentation d’« Emea » au salon « Maison &Objet » à Paris fut un succès. Ce modèle lancera ainsi la ligne maîtresse des collections « Heldu », à la technique de l’emboîtement, puis « Koila »… 
Pour habiller certaines d’entre elles, Alki utilisera le superbe cuir de la tannerie voisine Carriat et des textiles de laines et fibres naturelles danois.

Parmi les classiques d’Alki, « Hiruki » interprète l’aspect du tabouret de ferme en chêne naturel massif répertorié par le célèbre ethnologue basque le père José Miguel de Barandiaran.

Le vent le plus en poupe actuellement, la série des chaises « Kurkoa » ainsi que la dernière née « Atal » créée avec le groupe suédois de Design by Form Us With Love font partie des récents modèles. Ferrus de ces nouveautés, pour son mobilier de stand, on peut citer entre autres l’Aviron bayonnais et à l’international, aux USA, la chaîne des Hôtels Hilton ou la compagnie aérienne Virgin Galactic.

Un état d’esprit que Jean-Louis Iratzoki expliquait ainsi : « Il est primordial pour moi de créer un objet avec lequel il est possible de cohabiter au quotidien, qui soit pourvu d'une certaine discrétion, de normalité ». Une simplicité hyper travaillée au concept bio qu’aujourd’hui Jean-Louis Iratzoki  et de nouveaux collaborateurs designers free-lance connus, tels que Patrick Noguet, Samuel Accoceberry, Ander Lizaro et dernièrement, le groupe suédois Design by Form Us With Love essaient d’appliquer dans les lignes épurées de leurs œuvres !

Une thématique inspirée au départ de l’école basque Gaur, en particulier des créations imprégnées de la culture basque du sculpteur Nestor Basterrexea ou décrites par le patriarche de la culture basque, le père Jose Miguel de Barandiaran, qui contribuent à l’esprit créatif d’Alki.

La quarantaine d’employés de la coopérative Alki qui honore ses commandes deux à trois ans à l’avance, n’a pas encore subi les désagréments de la pandémie mais se prépare à en subir les conséquences l’année prochaine. De plus, le surcoût économique actuel du bois français augmentera le prix de revient du mobilier. Alki - qui devrait s’installer à Laressorre dans un établissement plus grand - a décidé sagement de retarder son déménagement.

A retenir dans votre agenda, les ventes privées d’Alki auront lieu en novembre 2021. 

Photo 1 : Peio Uhalde,  Eñaut Jolimon de Haraneder et l'un des collaborateur suédois Design by Form Us With Love mettent au point la chaise Atal.
2 - Eñaut Jolimon de Haraneder, le nouveau Pdg d'Alki
3 - La Chaise Kurkoa, l'un des modèles les plus appréciés

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription