0
Tradition
Pax-Navarra ou quand l'histoire se répète Esponde
Pax-Navarra ou quand l'histoire se répète Esponde

| François Xavier Esponde

Pax-Navarra ou quand l'histoire se répète Esponde

A l'occasion de l'exposition "Réconciliations. Henri IV et Rome (1589-1610)" qui se déroule (jusqu'au 18 octobre) dans les salles du rez-de-chaussée du château de Pau (voyez les détails pratiques à la fin de l'article), les réflexions de François-Xavier Esponde :

1 – Henri de Navarre

Dans les enseignements de notre enfance, on nous apprit à propos d’Henri IV de Navarre que “ Paris valait bien une messe.”
Prétexte à une Exposition paloise actuelle, une centaine d’oeuvres du XVI ème siècle ont été rassemblées au Château de Pau pour rappeler les relations tumultueuses du Roi de France et de l’Eglise qui passeront par la paix romaine attendue.
Ce étant le Roi de France changera par cinq fois de religion au cours de sa vie, prémonition du futur de ceux qui pourraient s’en  inspirer pour leur gouverne...
La politique a ses conduites et ses conformités.
L’adjuration par Henri IV de sa foi protestante le 25 juillet 1593 en la basilique Saint Denis est restée dans la mémoire lors de la conversion du fils de Jeanne d’Albret au catholicisme.

Le nouveau roi assoit sa légitimité au Trône de France, et peut reprendre la capitale tenue par les Ligueurs catholiques, soutenus par Madrid et Rome, et chercher la paix des alliances avec l’Eglise.
Version politico-religieuse passée qui ouvre aujourd’hui une porte province-capitale de la France de tous les Francais, que d’aucuns désirent emprunter, pour visiter le passé d’une version innovante de cette sainte alliance revisitée par les circonstances..

2 - Mais retour à l’Exposition paloise ouverte jusqu’au 18 octobre.

 De splendides peintures, des documents d’époque, des statues, des manuscrits  et des eaux-fortes enrichissant l’exposition racontent par-delà le récit visuel des Rois de Navarre, la Réconciliation du 17 septembre 1595, date de l’absolution du Roi de France par le pape.
L’effet capillaire de cette paix universelle va élargir “le processus de paix avec les protestants, et le Traité de Vervins , annoncer la fin de la guerre avec l’Espagne.”
Les curieux séduits par le sujet admireront Henri IV s’appuyant sur la religion pour donner la Paix à la France.

Une peinture de François Bunel montre le roi donnant un rameau à une femme incarnant la France.’autre main posée sur l’épaule  d’une dame  portant les attributs de l’église : crucifix,calice et hostie de toute messe.
Le choix de cette femme n’est nullement innocent, portant les traits de Gabrielle d’Estrées, la favorite d’Henri IV qui joua un rôle important dans la conversion du Roi au catholicisme...

Souvenons nous en effet qu’en ces années, l’histoire est nimbée de conflits religieux avec Rome. En 1585 le pape Sixte V a excommunié Henri “pour empêcher l’héritier putatif du royaume de coiffer la Couronne de France". Car le Roi de Navarre est Chef du parti protestant mais, pire pour l’Eglise, un relaps retombé dans l’hérésie après avoir été contraint  d’adjurer sa foi lors de la Saint Barthélémy.

L’exposition montre des médailles et rappelle le massacre de plus de 3000 protestants parisiens qui pour Rome, en ces années, sonnent la victoire, telle la Bataille de Lépante contre les Turcs... Les héritiers du royaume de Navarre assimilés à des turcs, convenez de l’outrance historique du moment.

Rome ne voulant à aucun prix répéter un nouveau schisme après celui d’Henri VIII en Angleterre, le nouveau pape Clément VIII se laissera convaincre de la bonne foi d’Henri IV et enterrera la hache de guerre.
Deux évêques français mandatés recevront  en son nom l’absolution  Place Saint Pierre à Rome. Une colonne dressée près de Sainte Marie Majeure et une statue du Roi Henri à Saint Jean de Latran commémoreront l’événement pour la postérité.

Les dessins préparatoires sont exposés dans cette exposition au château de Pau,  ainsi qu’une maquette en terre cuite d’Algardi préfigurant le tombeau du Pape Léon XI.

Cet événement ayant servi de modèle pour la diplomatie et l’art conjugués dans l’intelligence de la vie partagée des nations, on préjuge que l’on cherche à toute époque dévolue au futur, à rééditer de telles gageures en ces temps où les défis sont récurrents et la Pax Navarra demeure une ambition politico-religieuse du présent en France, en Europe et pour l’Eglise !

Quand l’histoire se répète autrement, les ambitions demeurent mais obligent désormais les postulants à choisir des postures pacifiques inédites dans la société civile et religieuse environnante !
François-Xavier Esponde

Pratique :
Exposition "Réconciliations. Henri IV et Rome (1589-1610)" au château de Pau, salles du rez-de-chaussée jusqu'au 18 octobre.
Visiter l'exposition : en visite libre tous les jours de 13h à 18h (dernière entrée 17h15)
- en visite-conférence à 11h le mercredi 23 septembre et à 15h les 7, 10, 21, 24 et 30 septembre et les 1er, 5 et 15 octobre 2020 - Une approche détaillée de l'exposition avec la conférencière de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais - Durée 1h – tarif: 9,50 €
- Lors des midis de l'exposition à 12h15 les vendredis 18 septembre, 9 et 16 octobre 2020 - Une visite condensée de l’exposition et un partage de vos impressions autour d’un verre offert par le château - Durée totale : 1h – Tarif :  8,50€ (droit d’entrée expo + droit de conférence)
- Lors des mercredis de l'exposition à 14h30 les 9 septembre et 14 octobre 2020 - Une approche approfondie de l’exposition sous l’angle des arts graphiques - Durée 1h - Tarif : 9,50 €

Concert : mercredi 21 octobre à 20h30 en la Cathédrale de Lescar : "Toutes les musiques mènent à Rome" par l'ensemble "Doulce Mémoire" dirigé par Denis Raisin-Dadre. Ce programme évoquera la réconciliation du Roi de France, Henri IV, avec le Saint-Siège après des années de relations très tendues… Tarif : TP 12 € - TR : 10€ pour les détenteurs du Pass culture Ville de Lescar -  Billetterie: Château de Pau

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription