0
Musique
Charles-Valentin Alkan, « le Berlioz du piano »
Charles-Valentin Alkan, « le Berlioz du piano »

| Yves Bouillier

Charles-Valentin Alkan, « le Berlioz du piano »

zMusique1 le père Alkan Morhange.jpg
Le père de Charles-Valentin, Alkan Morhange ©
zMusique1 le père Alkan Morhange.jpg
zMusique1 Alkan.jpg
Charles-Valentin Alkan ©
zMusique1 Alkan.jpg

Charles-Valentin Alkan (1813 - 1888), compositeur et musicien aussi précoce que Mozart, doué d’une technique aussi solide que celle de Liszt, ami de Chopin est un pianiste hors pair dans la tradition de la grande virtuosité de l’époque romantique.

Son père Alkan Morhange dirigeait une école élémentaire réputée pour son enseignement musical (rue des Blancs-Manteaux à Paris). Second de six enfants, avec ses frères et sœurs, nés Morhange, il prend comme patronyme le prénom hébraïque de son père et devient Charles-Valentin Alkan.

Il est un enfant prodige et entre au conservatoire de Paris à six ans pour étudier le piano avec Pierre Zimmerman qui fut aussi le professeur de Charles Gounod, Georges Bizet, César Franck... Il obtiendra son premier prix à l'âge incroyablement jeune de onze ans !
Il étudie également l'harmonie et l'orgue. Il devient très rapidement un immense virtuose du piano donnant ses premiers concerts en soliste avec orchestre dès 12 ans, et en interprétant ses propres œuvres. C 'est tout simplement exceptionnel.

Voici ce qu'écrit le critique musical François -Joseph Fétis en janvier 1828 dans La Revue musicale :

« Deux soirées musicales ont eu lieu dimanche et lundi dernier. La première, qui était donnée par le jeune Alkan, a eu lieu dans les salons de M. Pape, l'un de nos premiers fabricants de piano. On y a remarqué particulièrement un rondeau de concerto pour le piano, avec orchestre, composé et exécuté par le jeune bénéficiaire avec une énergie et un fini qui tiennent du prodige, si on considère son âge. Il y a de fort jolies choses dans son rondeau, et l'on ne se douterait nullement que c'est l'ouvrage d'un enfant ».

Notons que tous les enfants de la famille pratiquent la musique et sont extrêmement doués ; la sœur Céleste entre au conservatoire de Paris à sept ans et Napoléon, le frère aîné, élève également au conservatoire de Paris, y deviendra professeur de solfège et obtiendra plus tard, comme Charles- Valentin un 2d Grand Prix de Rome.

Charles- Valentin Alkan devient peu à peu un pianiste incontournable et particulièrement célèbre pour sa virtuosité époustouflante. Il est tout simplement considéré comme le meilleur pianiste français, rivalisant avec Franz Liszt sur la scène européenne. On sait que les deux artistes s'admiraient beaucoup. 

 Il est surnommé le « Berlioz du piano » par Hans von Bulow, grand pianiste et chef d'orchestre qui créa justement la fameuse et très difficile sonate de son professeur F. Liszt.

Malheureusement, Alkan se retire dès l'âge de 20 ans de la vie publique, après une dernière tournée en Angleterre, préférant se consacrer à l'enseignement et à la composition. Il reste à Paris, refusant de voyager et devient un pédagogue très réputé vers lequel les élèves de Chopin se tourneront à la mort de celui-ci. Une grande amitié liera les deux hommes, et l'on sait par Eugène Delacroix (extraits de son journal personnel), grand ami du compositeur polonais, que Alkan était souvent au côté de Chopin dans ses dernières semaines de vie.

Les compositions de Charles Valentin Alkan pour piano sont d'une extrême difficulté technique ; on peut dire qu'il pousse très loin les possibilités et les limites de l'instrument en demandant à l'interprète une technicité et une virtuosité hors du commun.

Ecoutons cette première des 12 études Dans tous les tons mineurs opus 39, dont la virtuosité se résume dans le titre : Comme le vent.

https://www.youtube.com/watch?v=_VPYwfTFFbM 

Voici ce qu'écrit le pianiste et critique musical Guy Sacre au sujet de cette partition : « 20 pages époustouflantes de sifflements, chuchotements, tressaillements, vibrements de l'air et de la poussière, du temps et de l'espace dans une texture de triples croches en triolets dont le graphisme à lui seul suggère une impondérable et vertigineuse mobilité. Chaque main, à son tour, manie ces figures infatigables en roulements, en arpèges, en dessins furtifs et obstinés. Ici et là un thème d 'accords insiste davantage, un chant reste pris à contre temps dans la matière mouvante, mais l'on voit bien que l'important est ce remuement fantasque dans toutes les directions du clavier ».

Alkan compose une centaines d 'œuvres dont les plus importantes sont sa Grande sonate pour piano « Les Quatre âges de la vie » op 33 composée en 1847, dédiée à son père pianiste également. Une partition qui ne sera pas jouée à l'époque puisque la première version publique date de 1873. Les quatre âges de la vie étant ici 20 ans, 30 ans, 40 ans et 50 ans correspondant aux 4 mouvements de la pièce. Une vaste partition qui pourrait représenter une sorte d'autoportrait du compositeur. Notons également toutes ses études opus. 35 et opus 39 comparables en difficulté technique aux Etudes d'exécution transcendantes de Liszt. On peut parler aussi de la Symphonie pour piano ou du Concerto pour piano solo, œuvre grandiose et cataclysmique, immensément difficile, d'une durée de 50 minutes.

On ressent dans les titres comme à l'écoute des œuvres d'Alkan son désir de donner un caractère symphonique à ses compositions pianistiques.

Je vous propose d 'écouter le 1er mouvement « 20 ans » de sa Grande sonate « les Quatre âges de la vie ».

https://www.youtube.com/watch?v=hwyQ4zCYpO8

En 1948, alors qu'il espérait être nommé professeur de piano au Conservatoire de Paris, il n'en sera rien puisque que c'est Antoine - François Marmontel qui succédera à Zimmerman. Alkan vivra cette "non nomination" comme un échec et s'isolera encore davantage alors qu'il n'est âgé seulement de 35 ans.

Comme son ami Chopin, Alkan compose presque exclusivement pour le piano.Partenaire du violoniste Jean-Delphin  Alard / voir mon article dans baskulture : 

https://www.baskulture.com/article/jean-delphin-alard-un-grand-virtuose-bayonnais-3718 

et du violoncelliste Auguste Franchomme, il écrit toutefois trois œuvres de musique de chambre : le Grand duo concertant pour violon et piano op. 21, dédié au violoniste et altiste Chrétien Urhan qui fut le soliste de la création de Harold en Italie de Berlioz, le Trio pour violon, violoncelle et piano, trio relativement court mais intense dont le scherzo rappelle ceux de Mendelssohn, et la Sonate de concert pour violoncelle et piano qui est une œuvre d 'un rare lyrisme présentant une densité de climats expressifs et dans laquelle Alkan exploite à merveille les registres du violoncelle. 

https://www.youtube.com/watch?v=M_tfVbwRGmI

Alkan décède en 1888 dans un oubli quasi total. Ses œuvres pourtant particulièrement intéressantes ont été longtemps méconnues et sont malheureusement assez peu enregistrées.

zMusique1 Charles-Valentin_Alkan_debout.jpg
L'une des seules photos de Charles-Valentin Alkan (debout)... ©
zMusique1 Charles-Valentin_Alkan_debout.jpg
zMusique 1Chopin,_by_Wodzinska.jpg
... et son ami Chopin (portrait par Wodzinska) ©
zMusique 1Chopin,_by_Wodzinska.jpg

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription