0
Patrimoine de la Semaine
Biarritz : L’affaire de la Vierge Pyramidale sculptée par Juan Luis Cousiño
Biarritz : L’affaire de la Vierge Pyramidale sculptée par Juan Luis Cousiño

| baskulture 886 mots

Biarritz : L’affaire de la Vierge Pyramidale sculptée par Juan Luis Cousiño

Eugénie1.jpg
Prémaquette en glaise - L'Impératrice Eugénie ©
Eugénie1.jpg
Vierge1.jpg
Marbre - La Vierge pyramidale ©
Vierge1.jpg

Parmi d’intéressants articles parus dans le bulletin n°195 des Amis du musée Basque, celui du scandale de la Vierge Pyramidale sculptée par Juan Luis Cousiño évoqué par l’ancien conservateur du musée Basque, Olivier Ribeton. C’est en rangeant des documents familiaux qu’Olivier Ribeton retrouva divers articles et études sur l’affaire Cousiño traitée par son père, avocat à la Cour d’Appel de Bayonne, dont il a décidé de publier des extraits dans le bulletin du Musée Basque.

En 1950, le fils d’une aristocrate espagnole, la marquise San Carlos, et d’un industriel chilien, l’artiste Juan Luis Cousiño, avait été sélectionné par le Maire de Biarritz Guy Petit et son comité pour réaliser une statue de l’Impératrice Eugénie afin de remplacer celle qui avait été démontée par les allemands en 1942.

Juan Luis Cousiño, né en 1923 à Santiago au Chili, qui partagea sa vie entre Paris, l’Amérique du Sud et le Pays Basque, exécuta une remarquable pré-maquette en terre glaise figurant l’impératrice Eugénie vêtue d’une ample robe à crinolines qui fut très appréciée du Comité de Biarritz. Cependant la commande de la statue dépendait de la condition suspensive de l’agrément des Beaux-Arts de Paris. Or la réponse affirmative se faisait attendre...

Enthousiasmé par le projet, le sculpteur décida de poursuivre à ses frais personnels l’exécution finale de la statue. Façonnant un bloc de marbre blanc de Carrare dans un atelier loué à cet effet en Italie et pris d’une fougue créatrice, l’artiste réalisa une statue cubiste à la composition pyramidale d’après le nombre d’or.  Cette nouvelle création  rendit cependant perplexe le marquis Pierre d’Arcangues, membre du Comité biarrot venu sur place pour voir la statue. L’œuvre très intéressante aux accents futuristes n’avait plus rien à voir avec la pré-maquette si appréciée des Biarrots !

En 1951, la statue terminée est envoyée dans une caisse à Biarritz pour son inauguration en public.

Trois jours avant la réception officielle, les membres du Comité ouvrirent la caisse et découvrirent avec stupéfaction la statue représentant une Vierge et non l’Impératrice. Dans un accès de fureur, l’oeuvre sera reléguée au Centre industriel de Biarritz, "le dépotoir municipal" où son socle fut cassé ! C‘est à ce moment qu’intervint l’avocat Etienne Ribeton, père du futur conservateur du Musée Basque, qui défendra la cause de l’artiste.

Il s’ensuivra une bagarre entre figuratifs et modernistes dont le critique d’art, Waldemar George, et l’écrivain-diplomate, François-Régis Bastide, cité dans un article de la Nouvelle République du 19 octobre 1951, qui soutiendront le projet de « la Vierge pyramidale » !

Le procès entre Juan Luis Cousiño et la ville de Biarritz aura lieu en 1952. Le Directeur de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, Monsieur Interstellaire prendra position : « une maquette ne représente que le point de départ vers une oeuvre qui doit à la suite se développer selon le tempérament et la conscience de l’artiste. Il serait monstrueux de rendre un artiste prisonnier de son esquisse en l’obligeant à l’agrandir et à l’exécuter servilement et par là, anéantir tout souffle créateur ».

Finalement, Juan Luis Cousiño perd le procès en première instance et en appel et sera condamné à des dommages et intérêts envers le Comité et la ville de Biarritz3
La ville de Saint-Jean-de-Luz récupéra l’intéressante statue de la  Vierge pyramidale qui figure depuis dans le parc de Duconténia.

La conception de la « Vierge Pyramidale » aura été le déclencheur de sa création. L’artiste Juan Luis Cousiño poursuivra ses recherches d’après la technique d’angulations, en particulier sur le Saint Suaire du Christ à Turin. Un travail qui sera reconnu et dont l’artiste âgé de 94 ans exposera l’aboutissement d’un long cheminement à l’église de Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-de-Luz peu avant son décès la même année à Paris.

Juan Luis Cousiño ne cessera d’étonner par la force de son message !

Quelques éléments de la Biographie de Juan Luis Cousiño (1923-2017)

"Après quatre années d’architecture à l’Université de Santiago du Chili (1943-1947), il part en Europe pour y faire des études artistiques. Suite à un bref passage aux Beaux-Arts de Paris, il se rend à Florence pour y étudier le dessin et la sculpture,
Il fonde l’atelier Héos (parution au JO le 17 octobre 1978) qui a pour objectif d’enseigner ces principes à des artistes de toutes disciplines (arts plastiques, danse, musique, poésie, théâtre, architecture).
En 1980, il réalise avec les élèves de son atelier, l’une des premières peintures murales en France, intitulée « Le Messager », 21, rue de l’Amiral Roussin à Paris XVe, inaugurée le 19 novembre 1980.
Durant toute sa carrière artistique, Juan Luis Cousiño aura réalisé de nombreux portraits de particuliers et de personnalités, notamment  Florence Delay, Frédéric Beigbeder et Charles Beigbedder,  Alexandre Soljenitsine.
Il reçoit en 1981 la Grande Médaille d’argent de la Ville de Paris à l’occasion d’une exposition à l’Union de Banques à Paris, Paris VIIIe.
En 1996, il publie un recueil intitulé « L'Amoureuse danse de l'être, réflexions sur l’art et la vie », éditions A.L.T.E.S.S.En 2002, Juan Luis Cousiño est sollicité pour participer à l’exposition du « Livre International de la Paix » au Mémorial de Caen, à l’occasion de laquelle il fait don d’un dessin. La même année, il est commandité par Nicole Lignac, maître de conférence à l’Ecole du Louvre et Gérard Lignac, PDG du Groupe de Presse EBRA, pour exécuter un vitrail d’après le dessin en couleur d’après le Suaire de Turin, pour la Chapelle de l’Agneau de Dieu, 2, place Henri Frenay à Paris XIIe."

2Couverture.jpg
Nouvelle parution du Bulletin du Musée Basque ©
2Couverture.jpg

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription