0
Tradition
Au Liban, l'Eglise Orthodoxe Russe soutient les chrétiens et fournit les vaccins... sans "conditions" préalables !
Au Liban, l'Eglise Orthodoxe Russe soutient les chrétiens et fournit les vaccins... sans "conditions" préalables !

| ALC 848 mots

Au Liban, l'Eglise Orthodoxe Russe soutient les chrétiens et fournit les vaccins... sans "conditions" préalables !

zLiban dégats à la cathédrale Saint-Georges à Beyrouth.jpg
Les dégats à la cathédrale orthodoxe Saint-Georges à Beyrouth ©
zLiban dégats à la cathédrale Saint-Georges à Beyrouth.jpg
zLiban L'église de la communauté orthodoxe russe à Beyrouth.jpg
L'église de la communauté orthodoxe russe à Beyrouth ©
zLiban L'église de la communauté orthodoxe russe à Beyrouth.jpg

Nos chers politiciens français & européens (qui voulaient se mêler des affaires intérieures libanaises en prétendant imposer des changements politiques contre une aide hypothétique) feraient bien d'en prendre de la graine ! 
Il s'agit d'une des nombreuses démarches et visites effectuées en faveur des chrétiens d'Orient par l'Eglise Orthodoxe russe, en l'occurrence l’archevêque Léonide de Vladikavkaz et d’Alanie, vice-président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, qui s'était rendu récemment au Liban. Il a expliqué comment l’Église orthodoxe russe aide les Libanais :
 « L’Église orthodoxe russe, par l’intermédiaire de la Fondation de soutien à la culture et au patrimoine chrétien, a versé des fonds pour la restauration de trois sites, endommagés par l’explosion au port de Beyrouth, en août dernier. 
L’un des bâtiments ayant le plus souffert est celui du siège métropole de Beyrouth. Les fresques à l’intérieur, aussi bien que le bâtiment lui-même, ont besoin de travaux. Le second bâtiment à restaurer est une église, située dans le même quartier. L’onde de choc a brisé les vitraux, d’autres éléments du décor ont aussi souffert, notamment les murs. Enfin, le troisième bâtiment est une école, patronnée par l’Association Saint-Porphyre, une organisation orthodoxe assez connue au Liban. En dehors de classes d’école primaire et secondaire, l’établissement contient aussi une école maternelle ».

Mgr Léonide précise avoir visité personnellement les trois sites. Il a ramené des documents permettant de suivre l’avancée des travaux.
Suivant son vice-président du Département des relations ecclésiastiques extérieures, le Patriarcat de Moscou ne se contente pas d’apporter une aide financière et humanitaire : du matériel médical et des doses de vaccin contre le coronavirus seront prochainement livrés au Liban : « Le livraison de vaccins est d’une grande importance et d’une grande actualité, car le covid n’épargne personne. A la résidence patriarcale de Balamand, j’ai été accueilli par le patriarche Jean X d’Antioche, qui m’a prié de les aider à obtenir des doses de vaccin « Spoutnik V », elles sont très attendues. Dès que les questions techniques seront résolues, nous enverrons le nombre demandé de vaccins au Liban », précisait encore l’archevêque Léonide qui avait également abordé d’autres sujets pendant sa visite au Liban, en particulier l’émigration des populations locales : « Nous partageons la douleur du peuple libanais, car de nombreux chrétiens, dont des chrétiens orthodoxes, ne peuvent toujours pas rentrer au pays qu’ils ont dû quitter pour différentes raisons. »

Une table ronde sur les sanctuaires chrétiens du Proche-Orient au Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou

L’archevêque Léonide avait présidé auparavant une table ronde au Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou sur le thème des « sanctuaires chrétiens et le dialogue interreligieux dans les régions islamiques » (dans le cadre des XXIXèmes Conférences pédagogiques internationales, autour du thème « Alexandre Nevsky : Occident et Orient, la mémoire historique du peuple »).
Des membres du clergé, des collaborateurs de diocèses de Russie et de l’étranger, des employés d’organisations de l’Église orthodoxe russe, des orientalistes et des historiens des religions, des écrivains et des journalistes y participaient.
L'occasion pour le prélat russe d'attirer l’attention sur la situation difficile du christianisme dans les régions musulmanes, touchées par des guerres locales ou des conflits. Insistant sur l’importance de la sauvegarde d’une présence chrétienne au Proche-Orient et en Afrique du Nord, berceau du christianisme, le président de la table ronde a mis en évidence les efforts de l’Église orthodoxe russe et de ses partenaires pour défendre les droits des chrétiens persécutés et pour aider les communautés victimes. L’archevêque avait également souligné la valeur du dialogue interreligieux pour mettre en place une coexistence pacifique et égalitaire des chrétiens et des musulmans, prenant l’exemple du Caucase.
Le président de l’Association russe pour la liberté religieuse, S. Melnikov, a ensuite présenté une communication, dans laquelle il a détaillé l’aide apportée à la population syrienne par les communautés religieuses et les associations publiques russes, avec la participation de militaires russes.
Son intervention a été suivie de celle de l’higoumène Arsène (Sokolov), représentant du patriarche de Moscou et de toute la Russie auprès du patriarche d’Antioche et de tout l’Orient. Il a parlé des contacts avec le Patriarcat d’Antioche et les autres leaders chrétiens de Syrie et du Liban dans le domaine social, de l’aide à la restauration des églises détruites pendant la guerre.
D’autres exposés avaient suivi, notamment sur l’état actuel des sanctuaires et des monuments chrétiens en Syrie, et sur le problème du syncrétisme religieux dans la culture ottomane.
Quant à l’universitaire A. Solntsev, il avait souligné la problématique situation des chriétiens en Turquie, en particulier la fermeture du musée de l'ancienne basilique Sainte-Sophie à Istanbul et sa transformation en mosquée par les autorités turques, en violation des obligations de la Turquie en droit international ; intervention complétée par le Père Dimitri Safonov, secrétaire du DREE chargé des relations interreligieuses qui d’autres précédents de reconversion des églises chrétiennes - monuments historiques - en lieux de culte musulmans au travers d'une analyse de la situation des monuments chrétiens en Turquie.
Des débats animés avaient suivi les communications dont le recueil devrait paraître prochainement.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription